Photo d'éolienne en Ternois.
En plein essor dans le Ternois et les sept vallées, les éoliennes ne font pas l'unanimité.

Du haut de la dépression de Pernes.

A Marest, près de la source de La Baloche remonter vers le bois de la Lihue.Au sommet de la colline (dépression de Pernes ), bifurquez à droite vers la ferme Saint Paul et continuez jusqu'au balisage pédestre-au loin, quelques éoliennes tournent paisiblement.

Coteau calcaire le Ternois
Les collines d'Artois en vallée de la Ternoise.Coteau calcaire.

La randonnee de la vallee du diable,

2008

La vallée du diable a lieu dans le Ternois, voici le résumé de l'édition 2008 par Guillaume Garnier dit Shoup';

Dimanche 24 avril 2008, 8 heures, le diable m’appelle. Prêt à relever le défi, je suis parti, accompagné de mon fidèle destrier et de mon frère. Nous prenons place sur la ligne de départ, accompagnés du Diable de la Vallée. Go ! C’est parti pour 40 kilomètres…

Premiers kilomètres, premières difficultés. Une longue ascension nous prend à froid dans une boue collante, très collante. Le ton est donné ! Les kilomètres s’égrènent, les paysages du Ternois défilent, alternant longues montées dans la boue collante et portions roulantes sur macadam, histoire de se reposer. On traverse Eps avec un mur qui a fait poser le pied à terre pour bon nombre de randonneurs. Un ravito est organisé en arrivant à l’abbaye de Belval, du fromage est proposé en dégustation. Malheur à ceux qui en ont pris, la portion ascendante qui suit leur fait vite comprendre… Enfin, une partie VTT intéressante en traversant Bours, un single track nous déverse au pied du donjon du village. Kilomètre 40, la fin s’annonce proche malheureusement il nous reste 8 kilomètres de randonnée ou plutôt de macadam…

«[...]l’ambiance est bonne mais d’autres randos sont proposées dans le coin avec beaucoup moins de prétentions mais de bien meilleurs parcours[...]»

Bref, que retenir du défi de la vallée du diable ? Pour ma part, je retiendrai que les 8€ de participation sont disproportionnés au regard du parcours proposé. Certes, l’ambiance est bonne mais d’autres randos sont proposées dans le coin avec beaucoup moins de prétentions mais de bien meilleurs parcours (des parcours typés tout terrain et non pas cyclo-cross…) et surtout une participation financière beaucoup plus raisonnable avec des ravitos tout aussi bien achalandés. Suivez mon regard du côté de la croisade de la Loisne par exemple.

G.Garnier,

Pour apprécier les paysages de la vallée du diable en photo, consulter en plus de cette page les pages VTT en Ternois, et VTT en Artois.

2009

Pour l'édition 2009, C'est Pil qui s'y colle:

Le défi de la vallée du diable est une randonnée VTT comportant plusieurs parcours allant de 10 km ( pour les néophytes ) à 100 km ( pour les furieux!) qui se déroule dans le Ternois à la fin du mois d'avril (en général, pendant les vacances de Pâques). Il existe aussi un parcours de randonnée pédestre et une course le dimanche après midi. Chaque année, le lieu du départ est différent. Cette année, celui-ci a lieu à Bours, charmant village célèbre pour son donjon médiéval datant du XIIé siècle mais aussi pour sa boîte de nuit plus contemporaine, situé dans le triangle Lillers – Béthune – Saint Pol sur Ternoise, au coeur de la vallée de la Clarence.

J'arrive donc à Bours , dimanche 26 avril 2009, à 8h05 , avec mon Nakamura récupéré in extremis la veille chez Intersport (merci pour le changement rapide de cette p....... de patte de dérailleur!). Le départ a lieu à 8h45 donc ça me laisse le temps de me préparer tranquillement.

8h45: Ca y est le speaker donne le départ et je m'élance pour 45 km, accompagné de Rico, Manu et quelque 800 vététistes venus de toute la région pour cette manifestation qui fête cette année son dixième anniversaire. Le début du parcours permet de se mettre en jambe car d'entrée de jeu une côte nous attend à la sortie du village, juste après le passage à niveau :idéal pour se chauffer les muscles! Puis direction Diéval, dont la traversée n'est qu'une formalité, mais la suite l'est beaucoup moins : enchaînement de montées, de passages bitumés qui permettent aux jambes de se reposer, et de descentes plus ou moins glissantes à travers champ ou bois. Premier ravito à Ourton. On peut dire qu'il tombe à pic celui-là car mes jambes ont souffert entre Diéval et Bajus. Comble de malchance ( ou de maîtrise..) mes deux pieds se sont retrouvés dans l'eau au passage du gué dans le bois d' Houdain. Quelqu'un a t-il une serviette à me prêter ( et des chaussettes sèches)??

«Au final, on retiendra que pour 6 euros cette rando est certes plus chère que les autres mais elle mérite quand même le détour[...]C'est sûr, l'année prochaine je reviens.»

Camblain Chatelain, Floringhem, Pernes, Aumerval : les villages et les kilomètres défilent à mesure que l'on se rapproche de l'arrivée. A Sachin, 2è ravito. Mais pourquoi les organisateurs ont-ils été foutre ce ravitaillement à 5 km de l'arrivée???Plusieurs vététistes se posent la même question que moi, remonter sur le VTT et repartir est alors assez pénible. Puis retour à Bours avec une dernière côte où les organisateurs ont écrit sur le sol « allez c'est la dernière , ouf!!! » Manquent pas d'humour ceux là... Finalement, retour à 11h45, content d'avoir fini, rincé malgré tout mais heureux de l'avoir faite... Au final, on retiendra que pour 6 euros cette rando est certes plus chère que les autres mais elle mérite quand même le détour, notamment le passage du gué (tant qu'on garde les pieds au sec!), des passages boisés où on respire à plein poumon et quelques descentes assez grisantes. Heureusement que la pluie annoncée n'est pas venue...C'est sûr, l'année prochaine je reviens. Mais d'ici là, j'en aurai testé d'autres j'espère. Paraît que celle de Maroeuil vaut le coup...

P.Lhermitte,